Présentation d’une machine de cross-country atypique construite sur la base du cadre Gaea de chez Carbonality.

Le Gaea est l’évolution 29″ d’un cadre cross-country 26″ de seulement 1050g, le Modest. Il a subit un rafraîchissement ces dernières années pour se mettre à jour côté standard (axe de 12, gaînes…). Ce n’est donc pas un cadre tombé de la dernière pluie. Pourtant sur le terrain il fait des miracles, à la fois rigide, confortable et maniable. C’est donc une valeur sûre pour un montage de qualité. C’est d’ailleurs déjà un cadre que j’avais pu monté avec un groupe XT il y a quelques années (en axe de 9mm avant et arrière…). Donc retour aux origines, mais pas que !

Côté transmission, pas de grandes surprises. On monte un groupe GX complet, héritier de la technologie mono-plateau Sram. Ça fonctionne bien, ça fonctionne même très bien. Là-dessus je mets une chaîne Yaban SFL 101-ti, parce qu’elle nécessite moins d’entretien, et surtout, parce qu’elle est dorée (on ne se refait pas…). A noter que cette transmission est assez bruyante.  La nouvelle génération est sensée corriger  ce problème.

 

Pour les freins, j’ai opté pour du Hope Tech2 x3 (484g durites non coupées). A l’origine je pensais remonter des freins XT, qui présentent a priori le meilleur rapport qualité/prix. Mais il fallait des touches de orange pour faire un rappel avec les moyeux, et je ne suis pas déçu ! On retrouve sur le levier différents réglages de course et d’attaque. Il y a un réservoir d’huile conséquent (ce qui n’est pas souvent le cas sur des leviers light). Les durites se recoupent très facilement. La finition est juste impressionnante et fourmille de détail qu’on ne se lasse pas d’admirer. La seule chose que je pourrais reprocher à ces freins est la vis qui fixe le réservoir dont la tête Torx est un peu fragile. A l’utilisation, je rejoints les différents avis qu’on trouve sur le net : très linéaire, mais pas les plus puissants, quoique largement suffisant en usage cross-country. Le piston descendra sur des Ashima Ai2, légers et peu onéreux (bien que bruyants…).

Pour la périphérie, tige de selle droite Gub, potence FUNN 55mm, et une perche de 78cm en guise de cintre ! Qu’on se le dise : j’ai monté ce cintre parce qu’il prenait la poussière sur une étagère, en me disant : « on essaye, et si ça ne va pas, on recoupe. » A ce jour, il n’a pas perdu un seul centimètre. Commençons par les défauts : j’aurai préféré un cintre plat, plus esthétique, plus rigide, plus léger, et plus bas. De plus, du fait de sa longueur, sensation désagréable, on arrive à le plier très légèrement en danseuse. Et on comprends là tout l’intérêt du nouveau standard de potence en 35mm qui arrive… Le vélo perd aussi en réactivité du fait de l’ampleur des mouvements nécessaires pour tourner d’un côté à l’autre. Ceci étant dit, la largeur confère une position très agréable en danseuse, et une stabilité hors-normes. Avec 78cm, il y a un tel effet de levier que votre roue n’a plus la liberté de dévier de son axe, cela rend le vélo extrêmement stable, même si cela se paye par un léger sous-virage. C’est aussi plus facile de pencher le vélo dans les singles.

Cintre relevé carbone de 78cm

 

Côté suspensions, j’ai opté pour une Manitou Marvel Pro. Je cherchais une fourche mate pour aller avec le cadre, et impossible de trouver une Reba à prix abordable dans cette finition. Je me suis donc rabattu sur cette fourche trouvée sur bike24.de à 423€. Et c’est une excellente surprise à tout point de vue. Pesée à 1630g, la fourche fourmille de détail d’usinage, et donne l’impression d’un produit haut de gamme. Côté efficacité c’est simple : elle m’a tout de suite fait regretter de ne pas avoir monté un tout suspendu, tant je ressens la différence entre ma roue avant qui gomme tout le relief, et ma roue arrière qui me rappelle ce que l’avant m’a caché.. Donc une excellente fourche qui n’a absolument rien à envier à personne.

Fourche Marvel Pro de chez Manitou

 

Pour les roues, on monte les Powerway M32 avec les jantes DRC, et des rayons Mach1 Prime. L’ensemble fonctionne parfaitement. Les roues sont rigides, légères et malgré la finesse des parois de la jante, jusqu’ici aucune déformation n’est observable. Légère déconvenue cependant : l’anodisation des moyeux différe de celle des étriers Hope, ce qui gâche un peu l’effet noir/orange. Les pneus sont des Hutchinson Cobra, avec lesquels j’ai un peu de mal. En effet en virage avec des pressions moyennes, j’ai la désagréable sensation que la roue arrière chasse, m’obligeant à redresser la barre. Donc forcé de rouler avec des pressions élevées et de ne pas trop pencher la machine, tout ce que je déteste. Le grip est correct lorsque le vélo est droit. Dans le futur je pense donc repasser sur des Schwalbe Racing Ralph ou Rocket Ron..

Bilan des courses : Un vélo réactif à 9,2 kilos, confortable, stable, avec une ligne originale, performant et agréable. Reste à régler ce problème de pneus, et éventuellement à changer le cintre. Il n’en demeure pas moins que ce montage a été l’occasion pour moi de changer d’opinion sur plusieurs marques (je n’avais pas été convaincu par les moyeux Hope notamment) tout en confirmant la pertinence de certains choix techniques. Nul doute que ce vélo va devoir me supporter longtemps avant peut-être d’être remplacé par un CKMB01, donc nous parlerons bientôt…