Koozer ? La marque ne vous dit probablement rien. Encore une marque asiatique à durée de vie limitée ? Peut-être aussi. Pourtant Koozer propose un certain catalogue de moyeux très intéressant, surtout du point vue des corps de roue libre. Alors en route pour le test des Koozer XM490, montés sur le Marin récemment présenté !

Presentation

Sur le papier, le XM490 est un moyeux très classique : flanges larges de même diamètre, corps en aluminium, cônes qui s’emboîtent sur l’axe et corps de roue libre à cliquets. Côté prix : 70€ la paire livrée avec serrages, commandée sur Aliexpress. Une paire de moyeux asiatiques comme on en a tant vu…

La particularité de ce moyeu réside dans son corps de roue livre à 6 cliquets groupés par 3. Cela signifie que la moitié des cliquets sont décalés les uns par rapport aux autres d’un demi cran. Ce système permet d’obtenir un engagement tous les 5°. Etant grand fan des moyeux Industry Nine et de leurs 3° d’engagement, j’étais impatient de voir ce que ça peut rendre sur le terrain.

Moyeux avant

Construit sur un axe 17mm, roulement nbk 17*33*7 17287 2rs. L’axe n’est pas fileté et les cônes s’emboîtent directement dessus. Je ne suis pas fan de cette configuration qui favorise souvent l’apparition de jeu, mais jusqu’ici je n’ai eu aucun problème avec.

Moyeux arriere

Le moyeux arrière de 307g est construit sur un axe non fileté de 14×12 roulement 6902. Le poids relativement élevé est dû au corps de roue libre en acier. De manière assez classique, les butées des roulements sont directement usinées sur l’axe et dans le corps du moyeux.

Mis à part le groupement des cliquets par 3, le corps de roue libre en acier est de conception classique. On note au passage qu’un roulement de taille conséquente vient soutenir le corps de roue libre à son extrémité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Accessoires

Les moyeux sont livrés dans une boîte avec une paire de serrages classiques pesant 86g, et qui reprend l’esthétique des moyeux

 

Conclusion

Sur le terrain, l’engagement rapide (5°) ne change finalement pas grand chose. En pratique, lorsqu’on recommence à pédaler, il faut d’abord que la vitesse de rotation du pédalier soit supérieure à celle du moyeux pour que l’engagement se produise. A ce moment vous aurez déjà réalisé un certain angle avec votre pédalier, et que l’engagement du moyeux se produise tous les 5° ou 10° ne sera finalement pas sensible.

Finalement, cette paire de moyeux est totalement satisfaisante. Elle est fiable, et le rapport poids/prix est très correct. En plus, le motif anodisé permet aux Koozer de se distinguer très facilement. Ils équipent le Marin présenté l’année dernière.

géométrie du moyeux Koozer XM490

Moyeu avant XM490 Moyeu arrière XM490
PCD (mm) 59/59 59/59
Distance au centre (mm) 21,21/36,79 34,74/22